• Shâhra - Les masques d'Azr'khila de Charlotte Bousquet #PLIB2019 (roman français)

    Shâhra - Les masques d'Azr'khila, de quoi ça parle ?

    Shâhra - Les masques d'Azr'khila de Charlotte Bousquet #PLIB2019 (roman français)

    Paru le 7 juin 2018 / Roman fantasy français / éditions Mnémos / 336 pages / #ISBN9782354086510 

    Djiane, héritière d’un art mortel et secret, est donnée contre son gré à un seigneur tyrannique. Arkhane, apprentie chamane, est privée en une nuit de son identité et de ses dons. Abandonnée dans un reg aride, elle ne doit sa survie qu’à la protection d’un étrange vautour. Seule rescapée de l’attaque d’une gigantesque créature des sables, Tiyyi, une jeune esclave tente d’échapper à la fournaise de Tessûa. Recueillie par des nomades, elle découvre peu à peu ses pouvoirs.
    Et dans l’ombre, un immortel en quête d’humanité, un djinn prisonnier d’un corps vieillissant, prêt à tout pour devenir un dieu…

    Dans ce monde désertique, peuplé de mages et de pillards, de conteurs, de guerriers et de djinns, Charlotte Bousquet nous conte le destin passionnant et mouvementé de trois femmes marquées du sceau d’Azr’Khila, déesse de la vie et de la mort.

    Mon Avis

    Après Nox, voici ma deuxième chronique et lecture pour le PLIB 2019, le prix littéraire imaginaire booktube. Déjà, il faut savoir que même si j'ai mi du temps à rentrer dans ma lecture, ça n'est pas parce que je n'aimais pas le début ou quoi, mais juste parce qu'étant étudiante en licence de Métiers du livre, j'avais déjà pas mal de lectures à faire pour mes cours et que j'avais dû remporter celle-ci par la suite. En revanche, une fois que j'ai pu pleinement me mettre à sa lecture, je l'ai juste littéralement dévoré quoi ! Pour commencer, il y a énormément de références sur la littérature fantasy française dans l'histoire. Chaque fois qu'il y en a une, elle est précisée d'où elle vient, de quel événement de quel livre il s'agissait, dans les annotations en bas de pages. Du coup, au lieu de faire baisser ma pile à lire en lisant un livre, Charlotte a réussi l'exploit à l'augmenter car bon, beaucoup de titres dont elle s'est inspirée me font envies donc on dit merci qui ? Merci Charlotte ! ^^

    Déjà, je découvre vraiment cette année l'auteur, Charlotte Bousquet, dont j'avais déjà lu Arachnae, que j'avais bien aimé sans que cela ne soit un coup de cœur non plus. Puis j'ai pu rencontrer l'auteur aux Aventuriales de Ménétrole cette année, j'ai un peu discuté avec elle et elle m'avait prévenu que Shâhra serait très différent d'Arachnae et en effet, à part l'univers très sombre dans lequel nous plonge l'auteur, il n'y a pas grands choses en commun. Ah si, dans les deux, vous avez droit à des héroïnes badasses et des antagonistes qui vous feront froid dans le do, même si il n'y a pas vraiment de "méchants" ni de "gentils" dans ces deux sagas puisque tout le monde est à ranger dans la catégorie des personnages "gris". C'est-à-dire que ces personnages se retrouvent tellement dans des situations impensables pour nous à résoudre que de toute façon, peu importe le choix des protagonistes, ils ne seront ni tous blancs, ni tous noirs. C'est un aspect que j'aime bien chez Charlotte Bousquet c'est qu'elle n'y va pas par des pincettes. Si elle veut du gore, du sang, des batailles, des failles chez ses personnages... eh bien il y en aura et elle jouera à fond dans cette idée. Et donc, son gros point fort encore une fois, ce sont ses personnages qui sont vrais, qui sont réalistes et qui n'ont pas peur d'avoir des défauts justement, ce qui nous donne envie à la fois d'avoir confiance en eux, mais aussi d'en avoir pitié.

    Dans Shâhra, nous suivrons cinqpersonnages principaux et le fait est qu'ils sont tous plus importants les uns que les autres, donc on est obligé de tous les présenter pour comprendre l'histoire ensuite. Djiane, Arkhane et Tiyyi, qui sont biens présentées dans le résumé. Mais aussi celle qui serait pour moi, à la limite, la plus plus importante car c'est à travers elle que pourra se faire, petit à petit, les liens entre tous ces personnages, Aya Sin et d'ailleurs, c'est avec elle que commence le premier chapitre. Enfin nous avons celui qui pourrait éventuellement être appelé "antagoniste" par rapport aux autres, je veux bien sûr parler de Malik, le soit disant "dieu". Enfin, son histoire est assez compliquée mais elle est celle qui m'intéresse le plus à suivre car si Aya Sin est celle qui permettra de créer un lien entre tous ces personnages, elle le fait sous les ordres de Malik et petit à petit, se dessine un fil rouge tout au long des chapitres, notamment à travers cette prophétie et c'est ce que j'adore dans ce livre, c'est que l'on y va crescendo en ce qui concerne les révélations car quand on commence le livre, à première vu, il n'y aurait rien, qui relierait ces personnages et on se rend compte où veut nous amener l'auteur au fur et à mesure que l'on avance les chapitres. Du coup, il y a énormément de questions, j'avouerais même qu'au début, j'étais assez perdue car justement, je ne voyais pas où voulait en venir Charlotte et quand on commence à comprendre, c'est juste du génie ! Moi en tout cas, je suis fan de cette façon de construire une storyline d'un personnage et de se rendre compte au final que chacun sera amener à se rencontrer car c'est juste inévitable. Pour cela, Djiane, Arkane et Tiyyi sont aussi importante les unes que les autres car elles ont toute un point commun, elles ont, à un moment donné dans leur vie, perdues un être cher et que Aya Sin finie par le comprendre, en informe Malik mais tente aussi de former son propre plan dans sa tête, et c'est à Malik de voir comment il peut les rallier à sa cause. 

    Par ailleurs, là où généralement, on sait dirrectement que les antagonistes ne parviendront jamais à atteindre leur but, là, au moment où ce premier tome se termine, ben il a plutôt l'air d'être sur la bonne voie. Mais encore une fois, est-ce qu'il est vraiment celui que l'on doit le plus craindre ? Car Charlotte Bousquet évoque plusieurs autres menaces dans ce livre-ci qui semblent bien plus compliquées à appréhender. En réalité, ce que j'aime chez Malik, c'est que j'arrive à le comprendre très clairement, à savoir pourquoi il veut atteindre ce but et bien que rien ne puisse justifier ses actes, il en devient attachants dans ses lettres destinées à son père car on comprend aussi que pour lui, cela représente également une vengeance. En faite, Malik est tout aussi intriguant et je ne sais pas pourquoi je m'attend à ce point à ce retournement de situation dans suite le concernant. J’appréhende beaucoup l'avenir de cet antagoniste mais aussi celui des filles et c'est bien la première fois pour moi que je n'arrive pas à choisir un personnage que je veux suivre en particulier car je les adore tous mais genre vraiment tous. Ils ont tous ce côté hyper ambiguë qui rend le suspens encore plus fort et il y a bien un autre personnage qui m'intrigue d'avantage car lui aussi semble au centre de tout, c'est Kele qui est immortel. C'est aussi la première fois pour un roman fantasy où je suis d'avantage investie dans les personnages que pour l'univers lui-même qui, de toute façon, se développe autour des protagonistes eux-même.

    Pour parler rapidement du style d'écriture de Charlotte Bousquet, encore une fois, on a droit à ce langage très soutenu mais aussi très sombre dans ses choix de mots. De ce fait, la dureté de l'univers n'est pas là par hasard mais se montre vraiment dans l'ambiance générale du livre à travers l'écriture. Il y a beaucoup de descriptions que ça soit du monde ou des intervenants dans l'histoire, même pour certaines actions, les détails sont toujours très présents et loin d'êtres ennuyeux à lire. Il est aussi intéressant de constater qu'au début de chaque chapitre, nous avons une date et un lieu suivant le point de vue des personnages qui changent. On a donc une chronologie importante à suivre et qui nous aide à nous repérer dans les événements décris dans les lettres de Malik pour son père. Celles-ci et chaque chansons, poèmes, prophéties et autres citations, sont toujours présentés en italique dans le livre ce qui en fait aussi un texte bien présenté et épuré. 

    Pour conclure, Mnémos a, encore une fois, vu grand et nous a sorti non seulement un très bel objet mais aussi une superbe histoire, très addictive, bien sombres et réalistes mais attention, à ne pas mettre entre toutes les mains car pour ceux qui ne sont pas habitués à la dark fantasy, certaines scènes pourraient vous choquer par leurs duretés. 

    Ma note :

    18/20

    Et vous ? Que pensez-vous de ce livre ? Vous fait-il envie ?

    « La Forme de l'Eau - Film / Livre (Par Appollona)Calendrier de l'avent spécial drama 2018 jour 7 »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :