• Tohu-bohu chez les quinquagénaires ! Chronique livresque

    Ecrit par Anna Pia // comédie française // sortie en 2021 // éditions Lys bleu // 228 pages

    Passée la rancœur d’un divorce aussi soudain qu’inattendu, Christine, cinquante ans, laisse derrière elle un mari menteur et infidèle, une belle-mère lunatique et acariâtre et jette, sans complexe, toutes les ondes négatives de son ancienne vie aux orties pour déterrer avec délice sa liberté perdue. Une nouvelle vie s’amorce, dans un autre univers, un autre quartier…

    Fin juillet, je reçois un mail d'une autrice qui me propose un service presse pour lire et chroniquer son roman. Je dois vous l'avouer, j'ai été agréablement surprise de son message car c'est la première fois qu'un auteur me contact directement par mail pour me proposer son roman. Sur le coup, j'ai eu un doute car le résumé du livre ne correspond pas vraiment à ce qui je lis d'habitude et je me suis dit "ok c'est l'été, j'ai envie de lire des trucs sans prises de tête et ce livre-ci me semble très bien pour ça, en plus ça parle de voyage et en ce moment, j'ai envie de voyager.". Il y a aussi une autre raison qui m'a fait accepter ce service presse, l'esprit de famille et le fait que le personnage principal ait 50 ans.

    Depuis que j'ai vu le drama coréen "The Light in Your Eyes" qui se concentre principalement sur les relations intergénérationnelles, j'avais envie de lire quelque chose dans le même esprit, qui s'intéressait principalement à un bon groupe d'amis. Certes dans "The Light in Your Eyes", c'est un groupe de personnes âgés qui m'avait beaucoup touché tandis qu'ici, on suis des personnages qui ont la cinquantaine mais le résultat était là, j'avais retrouvé ce qui m'avait touché dans cette série coréenne. 

    Le parallèle entre les 2 œuvres ne se fait pas tout de suite car il y a énormément de différences entre les 2 mais les similitudes sont là. On retrouve cette même ambiance bienveillante avec des personnages qui sont frais, vrais, qui ont des défauts et qui veulent se faire accepter par les autres. Je suis persuadée que si vous avez aimé "The Light in Your Eyes", vous aimerez ce roman et vice versa. Ne serait-ce que pour l'humour qui fonctionne très bien dans les deux cas et pour la fluidité de l'écriture que ce soit pour "Tohu-bohu chez les quinquagénaires" que pour le scénario de "The Light in Your Eyes".

    Je me suis de suite attachée aux personnages et en particulier à Christine, Réjane (ou Touf-Touf si vous préférez) Jérôme. C'est cette simplicité chez ces personnages qui m'a beaucoup plu et leurs évolutions. Christine en particulier, qui peut enfin prendre son envole et laisser la trahison de son ex-mari au passé. Le message de la liberté et omniprésent dans l'histoire et c'est ce qui m'a fait du bien durant cette lecture. Que ce soit la liberté d'agir, de voyager, de porter les vêtements que l'on veut, de s'exprimer librement... Certes, il n'y a rien de complexe dans cette histoire mais ça m'a permis de sortir de ma zone de conforts entre deux romans policiers ou de fantasy.

    C'est aussi ce qui explique ma note. Ce n'est pas parce que je lui trouve des défauts, c'est parce que je ne suis pas encore habituer à lire ce genre de livre. Déjà quand j'ai vu "The Light in Your Eyes", je ne savais pas du tout dans quoi je mettais les pieds parce que je ne suis pas habituer à ce genre de scénario et finalement, il est devenu mon plus gros coup de foudre en terme de visionnages en 2020 et depuis, je cherche ce genre de série ou de livre à découvrir pour retrouver ce sentiment de bien être, de plénitude et de bonté dans la construction de l'histoire.

    Le seul petit reproche que je pourrais faire, c'est peut-être sur le manque de développement sur l'attitude de l'ex-mari et des enfants de Christine sur leurs relations avec leur père. Certes ils restent régulièrement en contact avec leur mère, mais comment se sentent-ils en présences de leurs pères qui a agit comme un connard et détruit leur famille ? J'aurais aimé que ce soit un peu plus explicité dans le livre par rapport aux quelques détails que l'on a à ce sujet. 

    Je remercie donc Anna pour m'avoir proposer son livre et je ne peux que vous le conseiller si vous voulez rire et passer un bon moment de lecture.  

    ¤ Bonjour Anna, comment vas-tu ? Commençons par la traditionnelle première question sur mon blog, comment t'es venue l'idée d'écrire cette histoire ?

    J'ai toujours aimé écrire, cette histoire m'est venue petit à petit dans le train quand je rentrais du boulot. Je m'ennuyais et je me disais que ce serait le genre d'histoire que j'aimerais lire durant mon trajet. C'est simple, amusant, émouvant ... Pourquoi ne pas imaginer des situations qui peuvent être si réelles dans la vie ...

    ¤ J'ai adoré la plupart des personnages. Tu dis dans tes remerciements que ta vie personnelle t'a beaucoup influencé sur l'écriture de tes personnages mais à quel point ? Et d'ailleurs, as-tu réellement un chat qui s'appelle Bigoudi ?

    Oui, Bigoudi a réellement existé. C'est un chat qui est resté dans la famille pendant 14 ans. Ma vie personnelle m'a (un peu) influencée, mais je n'ai pas de sœurs, et rien que de penser comment aurait pu être ma vie avec elles n'a été qu'un pas. J'ai réellement imaginé un père comme Léonard (le contraire du mien), une mère comme Colette (le contraire de la mienne) ... Le reste, ce sont des petites portions de vie qui m'ont fait rire quand j'entendais mes copines me raconter ce qui se passait chez elles ... (surtout les chamailleries) Mais sincèrement, mon imagination m'a fait inventé des situations rocambolesques que je n'ai trouvé nulle part dans les récits. L'imagination est un livre ouvert à toutes les situations auxquelles nous pouvons nous identifier.

    ¤ Tu m'as fait découvrir les éditions "Le Lys Bleu". Comment les as-tu connus et pourquoi avoir accepté de signer avec eux ?

    Le Lys Bleu, est un hasard. J'ai eu d'autres propositions, mais Le Lys Bleu m'a séduite par la simplicité de leur proposition et cela m'a suffit. Grâce à eux, j'ai découvert tout un univers que je ne connaissais pas. C'est une maison d'édition à compte d'éditeurs, j'ai toujours été accompagnée dans toutes les étapes de la création et la publication. La couverture a été réalisée par M. Thomas Nicolas, alias Oddeyes, sur mes directives.

    ¤ Es-tu déjà allée en Italie et si oui, qu'est-ce qui t'as le plus attiré là-bas ? Dans quels autres pays aimerais-tu voyager ?

    Je suis Italienne d'origine. Je connais l'Italie puisque que mes deux parents sont de Frosinone (entre Rome et Naples). Intégrer le voyage en Italie était comme un hommage à toute ma famille qui a toujours vécu là-bas. Mais, pas seulement. Les personnages de l'histoire sont neutres à mes origines. Je voulais, surtout pour moi, choisir l'Italie pour ce roman parce que c'est le pays que je connais le mieux (à part la France, bien sûr). Après, il m'a fallu rechercher des endroits qui existent réellement pour qu'ils soient en symbiose avec mes personnages (Diego et Crémona, Léonard et Renzano ... et Venise et ses coutumes (qui ne m'ont pas attendues pour exister ...)
    En dehors de l'Italie, j'ai voyagé dans ma jeunesse (Seychelles, Martinique, Espagne, Tunisie ...) Puis, je me suis mariée et j'ai eu 4 enfants.

    ¤ Pour finir, quels sont tes autres projets ? As-tu d'autres projets d'écritures que tu aimerais publier ? As-tu prévu de te rendre dans des salons du livres ou d'autres évènements littéraires ?

    Je suis actuellement sur un autre projet d'écriture, moins facile, c'est une histoire d'amour qui débute dans les années 60 où la communication que nous connaissons aujourd'hui, était inexistante ... Une vraie histoire de deux jeunes gens qui s'aiment éperdument et se séparent pour préparer leur avenir au milieu d'une belle-mère qui profitera de cet éloignement et qui fera tout pour les séparer définitivement ...

    15/20

    Et vous ? Que pensez-vous de ce livre ? Vous fait-il envie ?


    votre commentaire
  • Bilan lecture Juillet/Août 2021

    Hello, on se retrouve enfin pour mon bilan lecture de juillet et août qui me servira aussi de bilan pour le challenge "été glacé" créé par Nina Quill. Comme pour mon journal de visionnage, il est bien rempli aussi, ne perdons pas de temps avec l'introduction et commençons tout de suite avec mes lectures terminées. 

    Bilan lecture Juillet/Août 2021

     

     

    Bilan lecture Juillet/Août 2021

     ¤ Le Tatoueur d'Auschwitz ****** écrit par Heather Morris // romance/historique // publié en 2021 // éditions j'ai lu // 256 pages

    L'histoire vraie d'un homme et d'une femme qui ont trouvé l'amour au cœur de l'enfer.
    Sous un ciel de plomb, des prisonniers défilent à l'entrée du camp d'Auschwitz. Bientôt, ils ne seront plus que des numéros tatoués sur le bras. C'est Lale, un déporté, qui est chargé de cette sinistre tâche. Il travaille le regard rivé au sol pour éviter de voir la douleur dans les yeux de ceux qu'il marque à jamais.
    Un jour, pourtant, il lève les yeux sur Gita, et la jeune femme devient sa lumière dans ce monde d'une noirceur infinie. Ils savent d'emblée qu'ils sont faits l'un pour l'autre. Dans cette prison où l'on se bat pour un morceau de pain et pour sauver sa vie, il n'y a pas de place pour l'amour.
    Ils doivent se contenter de minuscules moments de joie, qui leur font oublier le cauchemar du quotidien. Mais Lale fait une promesse à Gita : un jour, ils seront libres et heureux de vivre ensemble.

    Se fut une excellente lecture qui m'a fait sortir de ma zone de confort. Je n'ai pas pour habitude de lire des romances historique et encore moins qui se déroulent durant la seconde guerre mondiale. Toutefois, bien que cette lecture m'est frappée en plein cœur, je n'irais pas la conseiller à tous car vous vous en doutez, l'histoire est très sombre et aborde des sujets très sensibles. L'auteur ne censure rien et montre toute les horreurs que Lale a connu pendant la guerre. Le fait qu'il s'agisse d'un témoignage m'a encore plus touché et je ressentais toute la peine et le désespoir de Lale de vouloir en finir avec cette guerre. C'est donc un gros coup de cœur pour moi et je comprends tout à fait son succès.

    ¤La fabrique de poupées ****** écrit par Elizabeth Macneal // romance/historique // publié en 2020 // éditions France Loisirs // 470 pages

    La liberté est une chose précieuse.
    Londres, 1850. L'Exposition universelle va bientôt ouvrir ses portes dans le tout nouveau Crystal Palace, et les badauds se pressent pour venir admirer cette merveille. Parmi eux, Iris, modeste employée dans un magasin de poupées, à la beauté mâtinée de difformité, qui rêve de devenir artiste peintre. Et puis il y a Silas, taxidermiste amateur de macabre et de curiosités, désireux d'y exposer ses créatures. Ces deux-là se croisent, et leurs destins en seront à jamais bouleversés. Iris accepte bientôt de poser pour Louis Frost, un jeune peintre préraphaélite. Avec lui, le champ des possibles s'élargit, et le modèle, avide de liberté, découvre peu à peu l'art et l'amour. Mais c'est compter sans Silas, qui rôde non loin de là, tapi dans l'ombre, et n'a qu'une idée : faire sienne celle qui occupe toutes ses pensées, jusqu'à l'obsession...

    J'ai un peu moins accroché à cette romance historique. Ce qui m'a vraiment plu ici, c'est l'ambiance de Londres de 1850 avec un côté un peu steampunk. Pour ceux qui ont lu "le parfum" de Patrick Süskind, j'y ai retrouvé la même atmosphère étrange et psychologique, notamment ce lien entre les personnages de Silas et Jean-Baptiste Grenouille. La fin est suffisamment ouverte pour que chacun l'interprète à sa façon. En bref, si vous avez aimé "le parfum", vous aimerez "la fabrique de poupées". 

    ¤ Arsène Lupin Gentleman Cambrioleur ****** écrit par Maurice Leblanc // historique/aventure // sortie en 1905 // éditions France Loisirs // 260 pages

    Élégant et mystérieux, Arsène Lupin donne ses lettres de noblesse à l’aventure ! Le plus charmant et spirituel des gentlemen-cambrioleurs peut dire merci à Omar Sy : mis en lumière par la série Netflix, Arsène Lupin se redécouvre dans ce recueil de neuf nouvelles. La police l’a arrêté, mais elle devrait se méfier…

     Evidemment, après avoir vu l'adaptation libre de Lupin avec Omar Sy, j'avais très envie de découvrir les livres. Cette série de recueille de nouvelle parue chez France Loisirs tombait à pique. Vous constaterez que je reste mitigée sur ma lecture. Bien qu'il n'y ait qu'une seule nouvelle qui m'a vraiment laissée indifférente "Le coffre-fort de madame Imbert", c'est surtout le style d'écriture assez vieillot qui m'a fait décrocher. Quand je lis les nouvelles de Conan Doyle sur Sherlock Holmes, ça passe sans problème mais des fois, je n'arrive pas à me mettre dans l'ambiance. Je les relirais certainement en espaçant mes lectures entre chaque nouvelle. De plus j'ai un autre recueille sur Arsène Lupin, dans cette même collection, à lire.

    ¤ Pour seul refuge ****** écrit par Vincent Ortis // policier/thriller // sortie en 2020 // éditions Pocket // 368 pages

    La plus terrible des prisons est celle qui n'a pas de murs.

    De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde.
    Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux mille mètres d'altitude, deux hommes se font face : un jeune Indien accusé de viol avec tortures et le juge qui l'a condamné.
    Chacun possède la moitié des informations qui pourraient les sauver, or : Ensemble, ils s'entretueront. Séparés, ils mourront.

     Si j'ai beaucoup aimé l'originalité de l'enquête de ce thriller et ses deux héros complexes, ça n'est pas pour autant un véritable coup de cœur. La cause en est de quelques longueurs mais en soit, j'ai pris un véritable plaisir à suivre ce suspens sur la responsabilité ou pas du suspect. Ce que j'ai particulièrement aimé, c'est que l'auteur ne dit pas explicitement si c'est le cas mais que c'est à nous, lecture, de faire le lien avec tous les indices donnés pour comprendre la vérité. Le juge lui-même ne fait que supposer, au final, ce qui a poussé ce suspect à agir ainsi en analysant sa psychologie mais il n'a pas de véritables preuves et c'est en étant rempli de ce doute que j'ai très envie de le relire pour le Cold Winter Challenge pour y voir plus clair. 

    Bilan lecture Juillet/Août 2021

    ¤Les détectives du Yorkshire T2 ****** écrit par Julia Chapman // cosy murder // sortie en 2018 // éditions Robert Laffont // 408 pages

    Quand Mme Shepherd se rend à l’Agence de recherche des Vallons, convaincue que quelqu’un cherche à la tuer, Samson O’Brien, détective privé, met cela sur le compte des divagations d’une vieille dame un peu sénile. Pourtant, après une série de curieux incidents à la maison de retraite de Fellside Court, il en vient à se demander si, finalement, il n’aurait pas dû la prendre plus au sérieux…
    Alors que les fêtes de Noël approchent, Samson se lance dans une enquête complexe, qui lui demandera de renouer avec les habitants de Bruntcliffe – les mêmes qu’il a fuis une dizaine d’années auparavant. Et qui mieux que la tempétueuse Delilah Metcalfe, propriétaire de l’Agence de rencontre des Vallons, peut l’aider à regagner leur confiance ? Ensemble, Samson et Delilah vont devoir coopérer pour déjouer les menaces qui planent sur les personnes âgées de la région. Avant qu’il ne soit trop tard…

    Là aussi, je n'ai pas retrouvé ce même coup de cœur que j'avais eu pour le tome 1, mais sa fin me donne très envie de lire le tome 3 ! On en découvre plus sur Delilah et sa famille. J'ai adoré le duo que forme Samson avec son père mais aussi, la solidarité qui se créée entre les pensionnaires de la maison de retraite pour tenter de comprendre ce qui s'y passe. L'avancée de la relation entre Delilah et Samson avance doucement mais j'ai bon espoir d'en voir davantage dans le tome 3. En réalité, j'en attends beaucoup et comme je le possède déjà, ainsi que le 4, j'aimerais bien me le caser d'ici la fin de l'année. Ca reste une saga de cosy murder dont j'apprécie beaucoup l'ambiance et les personnages.

    ¤ L'anomalie ****** écrit par Hervé Le Tellier // science-fiction/suspens // sortie en 2020 // éditions Gallimard // 336 pages

    «Il est une chose admirable qui surpasse toujours la connaissance, l’intelligence, et même le génie, c’est l’incompréhension.»
    En juin 2021, un événement insensé bouleverse les vies de centaines d’hommes et de femmes, tous passagers d’un vol Paris-New York. Parmi eux : Blake, père de famille respectable et néanmoins tueur à gages ; Slimboy, pop star nigériane, las de vivre dans le mensonge ; Joanna, redoutable avocate rattrapée par ses failles ; ou encore Victor Miesel, écrivain confidentiel soudain devenu culte.
    Tous croyaient avoir une vie secrète. Nul n’imaginait à quel point c’était vrai.

    Il s'agit du deuxième prix Goncourt que je lis, le premier ayant été "Au revoir là-haut" de Pierre Lemaître que j'avais beaucoup aimé aussi, sans que ce ne soit un coup de cœur. Toute la première partie est assez longue à lire car elle présente les portraits des personnages que l'on va suivre et comment ils en sont venus à prendre cet avion. Là où sa devient beaucoup plu intéressant et qui explique ma note, c'est la deuxième partie qui se déroule après la découverte de ce double avion. J'ai adoré découvrir les différentes théories émises par l'équipe qui a enquêté sur ce phénomène et en y croyant à fond pour moi, la fin du livre va dans ce sens. Comprendront ceux qui l'on lu. C'est en effet un livre inhabituel pour un prix Goncourt, que l'on ne verrait pas gagner ce prix car c'est de la science-fiction. Outre l'histoire, ce qui me fait comprendre pourquoi il a gagner ce prix, c'est la plume merveilleuse de l'auteur qui m'a embarqué dans son univers jusqu'au bout malgré les longueurs du début.

    ¤ La librairie de la place aux herbes ****** écrit par Éric de Kermel // tranche de vie // sortie en 2020 // édition j'ai lu // 288 pages

    La librairie de la place aux Herbes à Uzès est à vendre ! Nathalie saisit l'occasion de changer de vie pour réaliser son rêve. Devenue passeuse de livres, elle se fait tour à tour confidente, guide, médiatrice... De Cloé, la jeune fille qui prend son envol, à Bastien, parti à la recherche de son père, en passant par Tarik, le soldat rescapé que la guerre a meurtri, et tant d'autres encore, tous vont trouver des réponses à leurs questions. Laissez-vous emporter par ce voyage initiatique au pays des livres...

     Je n'ai pas aimé ce livre autant que je l'aurais souhaité. Ce qui m'a freiné je pense, c'est de ne pas connaître le quart des livres que Nathalie conseille à ses clients. Je pense qu'en les connaissant, on peut davantage comprendre pourquoi elle les proposes à ses lecteurs en particuliers. Ce qui fait que j'ai mi 4 étoiles, c'est la plume de l'auteur et sa manière de nous emmener dans son univers, de nous faire apprécier Nathalie, son mari et les différents clients que l'on rencontre. J'ai eu un coup de cœur particulier pour les portrais de Tarik et du vieil homme qui voyage. Ces deux personnages m'ont beaucoup touchée. Hormis Cloé qui ouvre le bal, chaque client m'a beaucoup plu pour leurs histoires touchantes et leurs visions du monde. C'est un livre que je conseille à tous les amoureux de lecture et pour sur que je vais tenter de lire chaque livre présent dans la librairie de Nathalie. L'auteur en fait une liste à la fin avec tous les titres, ce qui est très pratique. 

    ¤ Sherlock Holmes La pensionnaire voilée ****** écrit par Conan Doyle // policier/historique // sortie en 1927 // éditions le livre de poche // 157 pages

    Vers la fin de l'année 1896, Mme Merrilow vient consulter Sherlock Holmes au 221B Baker Street. Mme Merrilow loue ses appartements depuis sept ans à Mme Ronder, une pensionnaire dont elle n'a jamais vu le visage pendant longtemps, celui-ci étant toujours recouvert d'un voile. Mme Merrilow a cependant aperçu un jour par inadvertance le visage de sa pensionnaire, profondément mutilé. Par ailleurs, la nuit, Mme Ronder crie parfois dans son sommeil en évoquant un meurtre et une bête monstrueuse. Mme Merrilow s'est entretenue avec sa pensionnaire à ce sujet, lui conseillant d'aller voir un curé ou la police. Mme Ronder ayant refusé catégoriquement ces deux propositions, c'est finalement d'un commun accord que les deux femmes se décident à faire appel aux services de Sherlock Holmes dans cette affaire que Mme Ronder souhaite voir rester confidentielle. Mme Merrilow est par ailleurs chargée par sa pensionnaire de dire au détective que son problème est en lien avec une précédente affaire, la tragédie d'« Abbas Parva ».

     Ca n'est pas ma nouvelle favorite de Sherlock Holmes. Pour l'instant, aucune n'a su détrôner "les hommes dansants" mais d'un autre côté, j'en ai lu peu encore. Là aussi, ça serait cool si j'arrivais à en lire une bonne dizaine avant la fin de l'année. Enfin bon, même si le mystère de cette enquête reste jusqu'au bout, il ne m'a pas passionné non plus. Les personnages ne m'ont pas marqué plus que cela mais ce qui réhausse ma note, c'est justement ce style d'écriture et la façon de Watson de raconter ce qu'il s'est passé de son point de vue. J'ai aussi apprécié le fait que le suspens reste jusqu'à ce que Sherlock dévoile la vérité.  

    ¤ Tohu-bohu chez les quinquagénaires ! ****** écrit par Anna Pia // comédie // sortie en 2021 // éditions Lys bleu // 228 pages

    Passée la rancœur d’un divorce aussi soudain qu’inattendu, Christine, cinquante ans, laisse derrière elle un mari menteur et infidèle, une belle-mère lunatique et acariâtre et jette, sans complexe, toutes les ondes négatives de son ancienne vie aux orties pour déterrer avec délice sa liberté perdue. Une nouvelle vie s’amorce, dans un autre univers, un autre quartier…

     Il s'agit d'un service-presse que l'autrice m'a directement envoyé après m'avoir contacté par mail pour me le proposer. J'avais envie de lire quelque chose de sans prise de tête cet été et ce roman assez court m'a fait beaucoup de bien, voyager et rire aussi. Un article avec une interview de l'autrice en plus de mon avis ne devrais pas tarder alors je n'en dis pas plus.

    Bilan lecture Juillet/Août 2021

     ¤ La Maison au milieu de la Mer céruléenne ****** écrit par TJ Klune // fantastique // sortie en 2021 // éditions De Saxus // 473 pages

    Linus Baker mène une vie tranquille et solitaire. À quarante ans, il vit dans une petite maison avec un chat caractériel et ses vieux disques. En tant qu'agent du Ministère de la Jeunesse Magique, il doit s'assurer du bien-être des enfants dans les orphelinats supervisés par le gouvernement.
    Mais lorsqu'il est convoqué de manière inattendue par les Cadres Extrêmement Supérieurs, il se voit confier une mission curieuse et hautement secrète : se rendre sur l'île de Marsyas dans un foyer où résident six dangereux pensionnaires.
    Obligé de mettre ses craintes de côté afin de rédiger un rapport objectif sur l'établissement, Linus va vite comprendre que les enfants ne sont pas le seul secret que renferme l'île. Il devra également réussir à cerner le charmant et énigmatique directeur des lieux, Arthur Parnassus, qui fera tout pour défendre ses protégés.
    À mesure qu'il découvre d'incroyables secrets et qu'il se rapproche d'Arthur, Linus va se retrouver confronté au plus difficile des choix : faire son devoir ou écouter son cœur.

     J'ai absolument adoré ce roman ! Autant le tome 1 de "Miss Pérégrine et des enfants particuliers" ne m'avait pas tant accroché que ça, autant ce one-shot a su me transporter du début à la fin ! Oui le parallèle entre les deux univers se fait très rapidement car on y retrouve cette même ambiance étrange avec des enfants étranges et une atmosphère à la Tim Burton. J'avais le film qui se faisait tout seul dans ma tête. Je n'avais aucun mal à imaginer les paysages et les personnages. Le livre se lis très facilement et aborde beaucoup de sujets différents, en particulier sur la différence et l'acceptation de soit. C'est, selon moi, le genre de livre qui peut se lire de l'adolescence à l'âge adulte sans problème et qui propose plusieurs niveaux de lecture. Vraiment un très beau coup de cœur que je conseille à tous.

    ¤ L'assassin royal T1 ****** écrit par Robin Hobb // fantasy // sortie en 2011 // édition J'ai lu // 510 pages

    Au château de Castelcerf le roi Subtil Loinvoyant règne sur les Six Duchés ; il est aidé dans sa lourde tâche par son fils Chevalerie qui, comme son père et tous les nobles du royaume, porte le nom de la qualité que ses parents espéraient le voir développer. Ainsi le frère du Roi-servant s'appelle-t-il Vérité et leur demi-frère, né d'un second lit, Royal. Suite à une aventure restée inconnue de tous, Chevalerie donne à la lignée un nouveau descendant : un bâtard, dont la simple existence va bouleverser le fragile équilibre qu'avait établi le roi pour contrôler ses turbulents fils. Ce héros malgré lui, nommé Fitz, voit son avenir s'assombrir au fil du temps. Alors que les autres enfants ont déjà leur place à la cour et dans ses intrigues, lui devra la mériter et servir la couronne en devenant ce que personne ne voulait être : l'Assassin royal. Au service de son roi, il apprendra les poisons, le meurtre et la trahison...

     Ce fut une lecture laborieuse de ce tome 1 car j'avais une vieille édition et j'y voyais beaucoup de défauts, notamment dans la mise en page, avec parfois des oublies d'espaces entres deux mots. Néanmoins, je voulais vraiment terminer ma lecture de ce tome 1 pour enchaîner avec la suite. J'aimerais beaucoup avancer dans ma lecture du premier cycle pour enchaîner avec le deuxième et arriver à celui qui m'intéresse le plus, le cycle 3 "le fou et l'assassin". Ca devrait être un nouveau projet que je voudrais mettre en place l'année prochaine avec celui d'avancer dans les nouvelles de Sherlock Holmes. 

    Bilan lecture Juillet/Août 2021

     

     

    Bilan lecture Juillet/Août 2021

     ¤ 221 B Baket Street // écrit par Graham Moore // policier/historique // sortie en 2013 // éditions Pocket // 110/510 pages

    1893. Horripilé par sa créature, Arthur Conan Doyle précipite Sherlock Holmes dans les chutes de Reichenbach. Mais si la mort de son héros le soulage, la disparition de plusieurs femmes dans les bas quartiers de Londres le tourmente.
    2010. Chez les « Baker Street Irregulars », club d'amateurs du célèbre détective, c'est l'effervescence. On aurait retrouvé le journal perdu de Doyle, avec tous ses secrets. Mais il disparaît à nouveau, avec un meurtre à la clef...

     Enfin on en arrive à ce seul abandon du challenge été glacé et en plus pour la catégorie "lire un livre offert". Je ne suis pas parvenue à entrer dans cette histoire à double temporalité. J'ai pourtant poussé ma lecture à une centaine de page mais rien à faire, je n'arrivais pas à me plonger dedans. Le fond était pourtant intéressant avec Conan Doyle, aux prises contre son détective qui le poursuit même après qu'il l'est tué. C'est cette mystérieuse affaire de disparition qui va le pousser à ranimer Sherlock Holmes. Puis ce meurtre qui se déroule dans ce club de fans très prisés de Conan Doyle... Bref, tout était là pour me proposer un bon petit roman policier... Peut-être que je devrais lui donner une seconde chance et que ce n'était juste pas le bon moment pour moi de le lire. Le style d'écriture m'avait aussi un peu rebuté mais l'histoire me semble tellement passionnante que j'ai peur de regretter en le laissant de côté. D'autant qu'il n'est plus publié et que ma mère avait galérer pour le trouver en occasion. Juste pour ça, il mériterait une seconde chance. 

    Et vous ? Que pensez-vous de ces livres et qu'avez-vous lu cet été ?


    votre commentaire
  • Série coréenne diffusée en 2017 // historique/fantastique // avec Yu Ah In/Im Su Jeong/Ko Kyoung Pyo/Kwak Si Yang // 16 épisodes X 7O mins // Netflix

    Seo Hwi Yeong, Ryu Su Yeon et Shin Yool sont 3 amis qui vécurent dans les années 30 sous l'occupation japonaise en Corée. Ils étaient des révolutionnaires pour rendre à leur pays sa liberté. En 2017, Han Se Ju est un écrivain de renom, idolâtré par des milliers de fans à travers le monde. Parmi eux Jeon Seol est certainement la plus grande fan de Se Ju parmi tous. Tous deux doivent faire fassent aux souvenirs de leur vie passé et rencontreront le fantôme de Shin Yool qui cherche la vérité sur sa mort.

    Comme certains d'entres vous le savent, j'ai fais un grand ménage de printemps dans ma wishlist sur Nautiljon. J'en avais profité pour me sélectionner quelques dramas à voir cet été et qui se trouvent dans ma liste depuis longtemps. Dans le cas de Chicago Typewrite, je voulais le voir depuis sa sortie en 2017 et j'avoue que les avis très élogieux que j'ai vu dessus, en plus du casting, m'ont boostés pour le lancer. Comme si cela ne suffisait pas, mon compte Netflix me le proposait en première page aussi, je n'ai pas trop hésité pour le lancer enfin et qu'est-ce que j'ai bien fait ! Ce n'est pas pour autant un coup de cœur mais j'ai vraiment beaucoup aimé ce drama et je comprends tout à fait sa popularité chez nous.

    Mais commençons par les points négatifs qui ont quelques peu freinés mon enthousiasme et empêcher ce coup de cœur que j'espérais ici. Tout d'abord, malgré tout ce que le scénariste a à raconter, le drama souffre de pas mal de longueurs. C'est simple, si je commence à faire des avances rapides dans une série, c'est qu'il y a un problème de rythme pour moi et ce fut le cas ici. J'ai sauté pas mal de scènes sans pour autant que cela gène ma compréhension sur la suite. Autre point négatif, le manque de suspens sur la vérité de la mort de Shin Yool. Sans vous spoiler, hormis la toute dernière scène qui conclue le drama que j'ai adoré parce qu'elle fait rendre le personnage de Shin Yool encore plus génial qu'il ne l'est déjà, j'avais deviné, dès les 3 premiers épisodes, la cause de sa mort. Le tout restait bien sûr de faire le lien en résolvant ce qui a conduit le coupable à faire cela. J'avais peur d'une chose concernant la responsabilité de Shin Yool sur ce qui a pu l'obliger de se comporter ainsi avec Seo Hwi Yeong mais heureusement, le drama a su très bien l'esquiver et éviter ce qui aurait pu être un gros cliché. Je sais que c'est flou mais ceux qui ont vu le drama comprendront sûrement ce à quoi je fait référence. Il y a également deux personnages, bon trois, qui constituent un gros point noir pour moi et dont j'aurais voulu me passer volontiers de leurs présences. Il s'agit de Baek Tae Min, sa mère qui entre dans le cliché des mères insupportables dans les dramas et celle qui aide Baek Tae Min puisque sa présence ne sert absolument à rien. Autant il y a des antagonistes qui sont hypers charismatiques malgré leurs cruautés autant Baek Tae Min est le parfait cliché des méchants qui sont là juste pour pimenter l'histoire et pour une cause totalement absurde qui n'a pas lieu d'être.   

    Chicago Typewrite ou Que feriez-vous si vous vous rappeliez de votre vie passée ?Chicago Typewrite ou Que feriez-vous si vous vous rappeliez de votre vie passée ?

    Bien maintenant que ça c'est fait, attardons nous maintenant sur le positif c'est-à-dire tout le reste ! Que ce soit l'OST qui est absolument géniale et qui colle parfaitement à l'ambiance du drama, sa réalisation, sublime avec les transissions entre le passé et le présent qui sont très biens trouvés et rendent le montage fluide, les décors, les costumes et bien sur le casting !

    Yu Ah In en tête que j'ai adoré retrouver ici dans les deux rôles principaux pour deux personnages assez différents. En effet, là où Seo Hwi Yeong est quelqu'un de très secret et qui n'ose pas ouvrir son cœur au risque de devoir abandonner son combat, Han Se Ju est quelqu'un de très ouvert, un écrivain de renom qui s'est rapidement fait à la célébrité. J'avais déjà eu l'occasion de voir Yu Ah In dans 2 rôles qui m'ont beaucoup marqués : Mun Jae Shin dans Sungkyunkwan Scandal et surtout avec son interprétation inoubliable de Lee Bang Won dans le génial Six Flying Dragons. Forcément, vu la très bonne impression que j'ai de lui à chacune de ses prestations, je l'attend au tournant dans son prochain drama Hellbound.

    Chicago Typewrite ou Que feriez-vous si vous vous rappeliez de votre vie passée ?Chicago Typewrite ou Que feriez-vous si vous vous rappeliez de votre vie passée ?

    Je ne suis pas très familière avec les autres acteurs mais hormis Kwak Si Yang, dont j'avais l'impression qu'il forçait les traits de méchanceté et de stupidité de Baek Tae Min, les deux autres acteurs principaux m'ont tout aussi impressionnés. J'ai plusieurs autres dramas à voir avec Ko Kyoung Pyo que j'ai déjà pu voir dans Flower Boy Next Door et Cross. 

    Hormis le casting, bien sûr, le scénario du drama qui, malgré ses longueurs, propose une histoire très intéressante avec des personnages forts. C'est toujours compliqué de vouloir proposer un récit sur deux époques différentes qui tienne la route et sans incohérences. Ce qui m'a le plus plu ici, c'est de découvrir comment Seo Hwi Yeong, Ryu Su Yeon et Shin Yool ont évolué, qu'est-ce qui a bien pu leurs arriver pour qu'ils soient séparés au moment de leurs morts ? Car même si j'avais deviné le pourquoi, c'était surtout le comment qui m'intéressait. Je vous l'ai dit, Shin Yool est mon personnage préféré car il est celui qui fait le lien entre les deux époques et qui doit supporter de voir Seo Hwi Yeong et Ryu Su Yeon à travers Han Se Ju et Jeon Seol. C'est d'autant plus dure que seul Han Se Ju peut le voir (et la fille de la chamane mais on s'en fou, restons sur Han Se Ju ^^) et ne le reconnait pas sous cette nouvelle vie. Shin Yool peut se montrer parfois très comique mais lorsqu'il comprend qu'il ne devrait pas s'immiscer davantage dans le monde des vivants, même avec Han Se Ju et Jeon Seol, à cause de sa condition de fantôme, sa détresse me donnait envie de lui faire un gros câlin. Ce qui aurait été compliqué... En tout cas, suivre la génération des années 30 m'intéressait plus que que l'intrigue du présent.  

    Chicago Typewrite ou Que feriez-vous si vous vous rappeliez de votre vie passée ?Chicago Typewrite ou Que feriez-vous si vous vous rappeliez de votre vie passée ?

    En dehors du scénario, bien sûr, il y a la réalisation qui a énormément joué sur mon appréciation du drama. Les plans étaient magnifiques, dommage que sur Netflix, on ne peut pas faire de captures d'écrans parce qu'il y avait vraiment des scènes avec un décors et des jeux de lumières qui étaient sublimes. Je l'ai déjà évoqué plus haut, mais les transitions entre le passé et le présent m'ont beaucoup plu grâce au montage. La première fois avec le brouillard qui s'efface autour de Han Se Ju était très efficace pour dévoiler le décors et un paysage d'un autre siècle. Je ne le dirais jamais assez mais les dramas qui se passent durant les années 30 ont pour moi, les plus beaux décors. En particulier les dramas chinois qui s'en sortent toujours très bien. 

    Pour conclure, ce drama est excellent malgré quelques points négatifs et je ne peux que vous le conseiller si vous aimez ce genre de scénario. Je n'ai pas évoqué la romance car ce n'est pas ce qu'i m'a le plus marqué ici mais sachez qu'elle est bien présente et se développe petit à petit, sur un bon rythme même si là encore, il n'y a aucun suspens sur la résolution du triangle amoureux.

    16/20

    Et vous ? Que pensez-vous de ce drama ?


    votre commentaire