• Le passeur (Roman 2014)

    Le passeur, de quoi ça parle ?

    Le passeur (Roman 2014)

    Roman américain 1993 // dystopie Young adulte // 224 pages

    Jonas vit dans un monde où on ne connaît pas la souffrance, où on ne connaît pas la tristesse. Les gens partagent entre eux leurs rêves et leurs émotions, mais on se rend compte que la plus forte, l’amour, ne dépasse pas l’attachement et l’affection. Dans ce monde où chaque mot doit être employé avec une extrême précision, où tout suit des règles bien définies, Jonas se voit confier le rôle de Dépositaire de la Mémoire et apprend qu’il va alors devoir supporter de grandes souffrances...

    Mon avis

    Lorsque j'ai commencé ma lecture de ce roman, j'avoue que j'ignorais deux choses, la première, qu'il s'agissait du premier tome d'une tétralogie et la seconde, qu'il avait été adapté au cinéma en 2014 sous le nom de The Giver et que la version que je possède fut une réédition des éditions "école des loisirs" suite à cette sortie. En le lisant, j'avoue que l'on comprend tout de suite pourquoi ce sont eux qui ont réédité ce livre chez nous et sachez d'ailleurs, qu'à sa sortie, il fut jugé inapproprié pour un jeune public.  Pourtant, bien que là aussi, je peux comprendre les raisons de ce jugement, il s'agit d'un livre que je trouve très éducatif pour les collégiens dès la sixième car il aborde, comme vous l'aurez deviné en lisant le résumé, des thèmes que chaque enfants pourront trouvés intéressant à étudier, comme l'importance des sentiments, des souvenirs mais aussi des formes et des couleurs, un concept qui n'existe pas dans ce monde. Ici, chaque citoyens sont nés de mères porteuses puis leurs sont retirés pour être élevés par des nurses et ensuite être attribués aux parents qui élèveront de leurs côtés. Chacun d'entre eux sont répartis par groupe correspondant à leur âge et chaque année, jusqu'à leur douze ans, ils doivent suivre une cérémonie qui leur accordera un droit nouveau et qui leur permettront de monter d'un âge. Notre héros arrive donc à ses douze ans et c'est lors de cette cérémonie qu'on lui attribuera son futur métier ainsi que la formation qu'il devra suivre durant un an avant de pouvoir prendre la place de son formateur. Cela est le cas exceptionnel de Jonas qui se voit attribuer le rôle de Dépositaire de la mémoire, un poste qui ne contient qu'une seule place et que l'apprenti prendra donc à son maître lorsqu'il sera jugé prêt. C'est également le poste le plus élevé, le plus réputé de la cité et qui vous accorde le droit de mentir ainsi que de poser toutes sortes de questions aux autres citoyens, un droit interdit dans ce monde où la curiosité, tout comme les sentiments les plus forts, n'existent pas. 

    C'est bien la raison pour laquelle je trouve que L'école des loisirs et la maison d'édition parfaite pour ce roman car il inculpe au lecteur des valeurs importantes, celles des sentiments oui, mais également de ce besoin de se confier, d'être entouré et de savoir utiliser les bons mots aux bons moments. Si je trouve le roman parfait à étudier dès la sixième ou le CM2, j'avoue que le style d'écriture de l'auteur, ou du moins, du traducteur, peut parfois se révéler être compliqué à comprendre pour des élèves de primaire en dessus du CM2. En revanche, la raison pour laquelle je comprends qu'il fut jugé interdit à un public jeunesse dans un premier temps, c'est qu'il aborde également des thèmes assez sombres tel que la mort, la famine, la guerre... et qu'il y a de nombreuses références à notre histoire que le jeune public ne comprendrait peut être pas. Cependant, ce sont des sujets qui restent minimes dans l'histoire, et qu'il est toutefois important d'expliquer aux enfants que oui, cela a existé et que ça existe toujours. 

    En ce qui concerne l'histoire, Le Passeur est également jugé comme étant l'une des premières dystopies pour jeunesse et que n'étant pas non plus très familière avec ce registre, je peux toutefois deviner que le roman ait inspiré de nombreux écrivains par la suite. Les personnages, n'ayant pas accès aux sentiments les plus forts, pourront vous paraître assez pâles dans un premier temps, mais je vous promet que l'on fini par s'attacher à eux, que ce soit aux amis ou à la famille de Jonas, mais surtout, à son formateur, le personnage typique du vieux sage fatigué et qui n'a plus qu'une seule envie, laisser les reines à son apprentis, le seul qui puisse réellement comprendre son fardeaux. Je ne peux réellement vous expliquer en quoi consiste le métier de Dépositaire de la mémoire car c'est la grande question qui se pose durant tout le roman avec le mystère de L'élargissement. Dans tous les cas, le maître est sûrement le personnage le plus entier et le plus mystérieux de l'histoire car autant on apprend énormément de choses sur lui, autant il nous en cache. Tout comme nous suivrons l’apprentissage et l'évolution de Jonas, nous suivons aussi le partage de leurs sentiments, des sentiments qu'il découvrira au fil de l'histoire et par eux, notre héros fera d'un simple nourrisson, Gabriel, également un des personnages les plus intéressant à suivre. Pour cela, j'ai très envie de lire la suite et de voir ce que deviendra ce bébé avec tout ce que Jonas lui aura transmit au cours de son rude apprentissage. 

    En bref, c'est une très bonne histoire à suivre que je conseil à tous les collégiens, CM2 et enseignants car il saura très certainement plaire aux élèves, bien plus que certains romans longs et ennuyeux que l'on nous demande de lire à l'école.

    Ma note

    15/20

    Et vous ? Qu'avez-vous pensé de ce roman ?

    « Oh, the Mysterious (kdrama 2017)Bilan Juin 2018 »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :