• La Forme de l'Eau - Film / Livre (Par Appollona)

    La Forme de l'Eau - Film / Livre

    La Forme de l'Eau - Film / Livre (Par Appollona)

     Film réalisé par Guillermo Del Toro, durée de 2h03 minutes, sorti en 2018.

    Genres : fantastique, drame, romance.

    Livre réalisé par Guillermo Del Toro et Daniel Kraus, 376 pages, sorti en 2018.

    Genres : fantastique, drame, romance.

     

    Nous sommes en 1963, et Elisa Esposito survit tant bien que mal. Née muette, abandonnée par sa famille, elle travaille de nuit comme femme de ménage au Centre Occam de recherche aérospatiale.

    Un soir, elle surprend quelque chose qu’elle n’était pas censée voir : un homme amphibie prisonnier d’une cuve, qui doit être étudié par les scientifiques pour faire avancer la course à l’espace de la Guerre Froide. La créature est terrifiante, mais aussi magnifique – elle fascine Elisa. Utilisant la langue des signes, celle-ci établit une communication. Bientôt, la créature devient sa seule raison de vivre.

    Pendant ce temps, Richard Strickland, le militaire brutal qui a capturé la créature en Amazonie, envisage de la disséquer avant que les Russes ne tentent de s’en emparer.

    Elisa doit tout risquer pour sauver la créature. Avec l’aide d’une collègue qui souffre du racisme ambiant et d’un voisin malchanceux qui n’a plus rien à perdre, elle met au point un plan d’évasion. Mais Strickland ne l’entend pas de cette oreille. Et les Russes sont bel et bien sur l’affaire…

     

    Bien le bonjour à tous, j'espère que vous allez bien ! :)

    Nous nous retrouvons ce jeudi 06 décembre 2018 pour parler d'une œuvre adaptée en deux versions (papier et cinématographique), La forme de l'eau de Guillermo Del Toro. Si j'ai décidé de vous présenter ce livre et ce film c'est parce que je les ai particulièrement aimés tous les deux !

     

    Ce film et ce livre parlent d'une romance entre un être amphibien et d'Elisa Esposito, une femme muette et qui travaille pour un laboratoire du gouvernement en tant que femme de ménage. Mais ils n'abordent pas que ce sujet-ci. En effet, ils touchent à beaucoup d'autres points (souvent sensibles pour la société d'aujourd'hui) comme le racisme (on voit ce point-là avec la manière dont Strickland traite Zelda, l'amie d'Elisa), le rejet des homosexuels (on le voit avec le personnage de Giles, voisin et ami de toujours d'Elisa) qui, est toujours existant de nos jours ce que je trouve désolant à voir ; la place de la femme dans la société (on le voit avec la femme de Strickland, Lainie) et le poids de la religion qui pèse sur les décisions de certains personnages.

    Je vais entrer un peu plus en détails pour chaque point sensible. Tout d'abord, nous avons le racisme. Il est sidérant de voir à quel point Strickland peut être raciste envers Zelda, il nous le prouve tout le long du film (tout comme dans le livre). Le surnom qu'il lui donne est absolument grotesque et on peut voir là à quel point la religion pouvait avoir de l'importance pour certains ce qui amène à réaliser que la religion peut être source de racisme et donc, de rejet.

    Ce dernier mot me permet de bondit sur un autre sujet sensible qui est le rejet total des homosexuels. J'ai eu énormément d'empathie envers le personnage de Giles, vieux monsieur d'une cinquantaine d'années et un très bon peintre. Je mets en spoil cette partie car je ne veux pas spoiler ceux qui ne l'ont pas vu :quand Giles se fait rejeter par Brad juste parce qu’il lui a avoué ses sentiments m’a profondément touchée. Je me suis sentie tellement triste pour lui, j’avais l’impression qu'on  le trahissait, qu’une profonde injustice s’abattait sur lui. Le pire, c’est qu’avant qu’il ne révèle ses sentiments, Brad s’entendait bien avec lui ce qui me fait sentir encore plus mal pour notre Giles. Et, malheureusement, encore aujourd'hui, beaucoup de situations comme celles-ci se produisent et beaucoup de personnes ne trouvent pas leur place dans le monde.

    Ceci me fait passer au point suivant ; la place de la femme dans la société. Autant dans le film que dans le livre, Linie n'est souvent qu'un "objet" qui se doit de rester à la maison pour s'occuper de cette dernière mais aussi des enfants, qui doit être belle et se taire, ... Le coté machiste de Strickland ne le fait que devenir encore plus détestable de par son comportement avec Linie et Elisa. Je mets la suite en spoil :En effet, pour Strickland, Elisa est la parfaite femme : belle, qui ne parle pas, obéissante et docile. C’est pour ça que j’ai adoré le fait que Lainie parte de la maison avec les enfants à la fin de l’histoire, on assiste au début du mouvement du féminisme, les femmes commencent enfin à dire non au machisme et aux violences conjugales. 

    Le point de la religion est assez délicat et est, d'après moi, beaucoup plus abordé dans le livre que dans le film. Elle est parfois assez présente dans l'histoire, il n'y a qu'à voir la raison pour laquelle Strickland surnomme Zelda comme il le fait (je vous laisse le découvrir pour ne pas spoiler). Cet homme est le parfait exemple, il parle beaucoup de la religion et pourtant, il est celui qui n'hésite pas à la passer en second plan si quelque chose ne va pas.

     

    Maintenant que j'ai parlé de ces sujets-ci, je vais passer à l'histoire principale ; celle d'Elisa et de l'amphibien (appelé Deus Brânquia par Strickland dans le livre). Tous deux sont pareils : ils ne parlent pas, ils n'utilisent pas les mots pour communiquer mais plutôt par leurs regards, leurs signes et leurs cœurs je dirais. Elisa, bien qu'un peu irresponsable de le faire, se rapproche de la créature et, petit à petit, un lien se crée, se tisse en eux et ils deviennent inséparables. Elisa est fascinée par cette créature qui, malgré sa nature non humaine, la comprend parfaitement à défaut de ses congénères humains. L'amphibien quant à lui, est troublé par cette humaine qui ne parle pas et qui ne cherche que son bien comparé aux autres membres de son espèce.

     

    L'alchimie qu'il y a entre eux est vraiment belle, elle dégage une telle passion, un tel amour que cela m'a fait monter les larmes aux yeux. Il y a quelque chose de doux et de réconfortant lorsqu'ils sont ensemble, j'ai vraiment eu l'impression de voir deux âmes-sœurs réunies. Mon moment préféré que ce soit dans le film ou dans le livre c'est lorsque tous deux consument leur amour dans une étreinte passionnée, l'image d'Elisa qui enlace tendrement celui qu'elle aime, dans l'eau m'a tout simplement touchée ! On pouvait voir tout l'amour qu'ils se portaient et c'était vraiment très beau !

     

    On nous montre dans ce film et dans ce livre que l'amour peut avoir diverses apparences et qu'il peut transcender même deux êtres d'une race différente. Je pense que c'est pour cela aussi que l’œuvre se nomme "La forme de l'eau", car l'eau représente aussi un aspect de passion, de respect mais aussi de sensualité et de sexualité. Car c'est bien cela l'amour, de la passion, du respect pour l'autre mais aussi les moments charnels représentés par la sensualité et la sexualité entre les deux partenaires. Et, pour cela, je félicite Guillermo Del Toro pour cette belle œuvre !

     

    Pour finir, je vais dire un petit mot sur les musiques, les dessins (pour le livre) et l'ambiance de cette œuvre (dans les deux aspects ; cinématographique et littéraire). J'ai vraiment adoré les ost de ce film, ils sont nostalgiques, classiques et pourtant je trouve qu'ils décrivent parfaitement "l'eau" en elle-même. Les dessins qui apparaissent dans le livre représentent tout à fait ce dernier et son histoire, ils sont merveilleusement bien faits, le coup de crayon est très bien réussi ! L'ambiance du livre et du film est à la fois cosy, classique, nostalgique mais aussi très douce et à la fois dure et cruelle, comme la réalité de la vie.

     

    Donc voilà, j'espère que cette chronique sur La forme de l'eau vous a plu ! Personnellement j'ai adoré l'écrire et retrouver tous ces personnages ! N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé :)

    Bonne journée à tous ! ^^

    « calendrier de l'avent spécial drama 2018 Jour 6Shâhra - Les masques d'Azr'khila de Charlotte Bousquet #PLIB2019 (roman français) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :