• Article d'aide à l'écriture

    Bien le bonjour,
    en développant la nouvelle version d'Annuaire Magique, l'envie de vous faire partager mon expérience d'écrivain sur internet faisait partie des idées d'articles à mettre en place sur ce blog. Aujourd'hui, j'ai donc décidé de vous parlez de mon plus gros projet d'écriture à savoir, ma saga fantasy, Floriansa.
     
    aide à l'écriture) Floriansa = Comment rédiger un roman fantasy ?
     
    I) Comment tout cela a-t-il commencé ?
    Tout d'abord, sachez que je ne possède pas la science infuse et qu'il s'agit là uniquement de mon vécu donc, si vous n'êtes pas d'accord avec moi, je vous invite à débattre sur le sujet dans les commentaires. En ce qui me concerne, Floriansa s'est imposé à moi comme une évidence.
     
    Cela faisait un moment que je voulais écrire de la fantasy, inventer mon propre monde, mon propre univers, pour le faire évoluer avec des personnages hauts en couleurs. La première chose qui m'est venue à l'esprit, c'est la carte du monde (que je ne vous dévoilerais pas ici car celle-ci est parfaitement illisible tellement je dessine mal...) avec les noms des royaumes, des villes et des villages. Je sais que pour beaucoup, on commence avec les personnages, mais pas pour moi. D'ailleurs, ceux qui ont commencé avec les protagonistes, j'aimerais bien savoir comment vous avez développé le reste du coup...
     
    Ensuite, il y a eu le bestiaire avec les premiers animaux qui est toujours en cours de réalisation mais que vous pourrez voir dans le roman une fois imprimé.  Est venue par la suite les quatre races de Floriansa à savoir, les dieux, les humains, les habitants d'Océna (l'océan en gros) et ceux de Faïlligrade qui ont le pouvoir de vivre aussi bien sur terre que dans Océna pour des raisons de direction du royaume. Puis dans le même temps, les religions ainsi que les métiers ont fait leurs apparitions. Arrive enfin en dernier, les personnages.
     
    Dans mon cas, j'ai eu de la chance que ça soit d'abord l'univers qui ce soit imposé à moi et non pas les protagonistes car dans ce sens, je pense que c'est beaucoup plus simple à développer et on en arrive à la complexité pour moi de gérer ce monde qui s'étend de plus en plus dans ma tête. Ça fait huit ans, aujourd'hui que Floriansa fait partie intégrante de ma vie et celle de mes proches. En huit ans, j'ai dû passer plus de temps sur Floriansa que sur Terre sans exagérer tellement le projet a prit de plus en plus d'ampleur autour de moi.
     
    J'ai parfois l'impression qu'il est devenu ingérable, bien trop gros pour moi. Lorsque j'écris les chapitres, je me rends parfois compte dans ce premier tome que l'univers empêche les personnages de se mettre plus en valeur tellement il s'agrandit et c'est un problème auquel j'ai eu du mal à y remédier. La raison pour laquelle en quelques jours, le tome un ne faisait plus 138 pages, mais 359. Le monde de Floriansa est tellement grand que les personnages ne le sont peut-être pas assez au vue de leurs nombres. C'est pourquoi, ça me fait une parfaite transition pour vous parler d'eux.
     
    II) Les personnages
    Alors que je viens tout juste de vous dévoiler l'ordre dans lequel j'ai construit l'univers de Floriansa et qui devrait être le schéma pour tout auteur de fantasy selon moi, il est grand temps de vous parler des personnages. Au début, je n'avais en tout et pour tout que cinq protagonistes qui sont dans l'ordre d'apparition Aragis, Morgan, Takeru, Aya et Mikus.
     
    Autant vous dire que c'était beaucoup plus simple à gérer... J'ai un carnet à la maison qui possède les fiches personnages de chacun de mes protagonistes avec leurs physiques, leurs caractères, leurs âges et leurs histoires. J'ai également ajouté une partie "storyline" qui me permet d'écrire les grandes lignes de leurs évolutions jusqu'à la mort de certains d'entre eux. Ensuite m'est venue les dix-sept autres élus qui accompagnent Morgan et Takeru ainsi que leur ordre d'importance dans la trame. Dans leur cas, il y en a vraiment trois qui sortent du lot Morgan et Arthur, qui sont une évidence dans le premier tome si vous l'avez lu, et aussi Mathilde qui le sera à partir du tome quatre. On peut aussi rajouter dans un petit groupe Fiona, Rémi, Océane et Noah.
     
    Sabrina, Pierrick, Titouan et Chloé sont des cas un peu à part mais vous comprendrez pourquoi dans se que je juge être la deuxième partie du cycle un après le tome quatre. En ce qui concerne les Floriansiens, cela s'est surtout organisé au départ par arbre généalogique que j'ai construit avec la famille Sigret, celle d'Aragis,  des trois frères de l'Alliance, de la royale suprême qui habite Saïllide et enfin, la famille royale de Mistille. Puis les autres personnages sont apparut d'eux mêmes petit à petit. Ïsma a fait son apparition lors du troisième jet et Deassanel ainsi que le petit Tristan, dans le dernier qui concerne la version que j'ai envoyé aux maisons d'éditions.
     
    Il faut savoir une chose lorsque l'on écrit ou que l'on lit de la fantasy, on a très souvent une panoplie de personnages et malheureusement, il y en a pas mal qui passent totalement à la trappe. Ce qui fait que lors de la dernière correction, j'ai passé un temps fou à développer le début d'une storyline pour chacun d'eux afin que mes lecteurs puissent bien s'identifier à eux. Ainsi, malgré la petite trentaine de personnages importants qui apparaissent dans le tome un, ils sont tellement différents les uns des autres que vous pouvez facilement avoir votre préféré aussi bien chez les Floriansiens que chez les élus. Quant au Chevalier Brun et au Colporteur, ce sont aussi des inventions de dernières minutes qui possèdent pourtant tout deux une grande part d'importance dans la trame de l'histoire. L'une des choses qui me dérangeais dans la version de l'histoire sur le blog, c'est que Liam devient le Chevalier Brun de façon bien trop rapide selon moi, tout comme la transformation d'Océane, de Noah et de Sarah en dieu et déesses et ce sont deux évènements que j'ai revu et qui font maintenant presque un chapitre entier.
     
    De même, j'ai aussi longuement retravaillé la partie sur la révolution avec le colporteur et l'arrivé en scène de la fille du tavernier à la fin. Tout cela pour vous dire une chose importante, plus il y a de personnages, plus vous risquez de vous perdre. Ces parties là n'étaient pas assez développer pour que mes lecteurs s'y attachent et il a fallut que je développe davantage jusqu'à ce que je sois suffisamment satisfaite de moi. Dites-vous que votre trame est aussi très importante pour personnages et qui ne faut négliger ni l'un, ni l'autre.
     
    III) Développer son univers
    Que ça soit de la fantasy, du fantastique ou de la science-fiction, avec les noms de vos royaumes, villes, villages, races, religions, créatures... ne suffit pas bien sûr. Il faut ensuite les décrire de façon suffisamment clairs pour que le lecteur puisse comprendre où vous voulez en venir avec eux. Si je peux vous donnez un conseil, dessinez-les, même vous dessinez mal, faites-le car ça vous aidera vraiment à y voir plus clair.  De même que la politique et la magie s'il y en a.
     
    Vous devez à tout pris définir les règles, les lois de votre monde pour que le lecteur ne se perde pas lorsque vos personnages arrivent à une conclusion qui ne nécessite pas l'utilisation de leurs pouvoirs. Il ne faut pas qu'il se dise "mais pourquoi ils n'utilisent pas leurs dons ? Ils sont cons ou quoi ?" si par exemple, pour une discussion politique, il est question de taxe, ne vous contentez pas d'énoncer des pourcentages comme j'ai eu la bêtise de le faire.
     
    Le lecteur ne comprendra pas forcément à quoi correspondent ces chiffres, vous devez expliquer également qu'il s'agit d'un certains nombre de pièce de la monnaie de votre monde, ou bien de sacs de nourritures ou d'un bout de terre de vos citoyens... bref, ça peut-être pleins de choses alors définissez bien vos termes. De même que pour la magie, il y a toujours une limite à ce que peuvent faire vos protagonistes avec leurs pouvoirs sinon, le lecteur se perdra très facilement. Inventer tout un monde ne se fait pas en claquant des doigts, si vous voulez restez cohérent, pensez à tout, même à la hiérarchie et aux paysages.
     
    En revanche, il faut également savoir trouver le juste milieu pour ne pas non plus trop détailler et laisser place à l'imagination du lecteur. C'est un exercice assez compliqué à faire et si jamais vous avez besoin d'aide pour se faire, n'hésitez pas à vous rendre sur les forums Jeunes Écrivains ou L'Allée des Conteurs qui sauront vous conseiller davantage.
     
    IV) Le style d'écriture
    Sans doute l'une des choses les plus importantes à laquelle il faut penser. Dois-je écrire à la première personne du singulier ou à la troisième ? Faut-il que je me concentre sur un seul point de vue ou sur plusieurs ? A quel temps dois-je écrire ? Dois-je utiliser un vocabulaire familier, courant ou soutenu ? Mon récit est-il destiné à un public jeunesse, Young adulte ou adulte ? Voila les questions auxquels vous devez répondre avant de vous lancer car c'est avec votre plume que le lecteur se décidera de vous suivre ou pas.
     
    Personnellement, pour Floriansa, j'ai opté pour un style d'écriture entre courant et soutenu et j'ai également préféré écrire à la troisième personne du singulier avec plusieurs point de vue car c'est ce qui cadrait le mieux avec mon univers. Parfois, la plume vient d'elle-même, sans que vous n'ayez à y réfléchir et dans ce cas là, tant mieux mais d'autres fois, selon votre histoire, il faut y penser plus sérieusement. Dans ce cas, je vous conseil d'écrire au moins une page de votre roman en faisant plusieurs essaient et c'est là que vous verrez lequel d'entre eux semble correspondre le plus à vos envies.
     
    Lorsque vous commencez enfin à rédiger votre premier chapitre, faite attention à ce que vos phrases soient fluides pour le lecteur et pour ça, le meilleur exercice que je peux vous proposer et que j'utilise moi-même, c'est de lire oralement votre texte et voir si ça bloque quelque part. Pour cela, la syntaxe est très importante notamment l'emplacement des virgules que trop d'auteurs semblent oublier. Quant à l'orthographe, c'est encore autre chose. Des correcteurs sur internet peuvent accepter de vous corriger gratuitement ou alors, vous pouvez aussi embaucher un professionnel pour ça.
     
    Des fautes, j'en fais pleins moi-même et se blog en possède pas mal, je fais attention, je me relie mais comme on dit, c'est beaucoup plus facile de repérer celles des autres plutôt que les siennes. Après, il y les grosses fautes insupportables qui sautent aux yeux et les petites fautes qui se font malheureusement oubliées par certaines et repérer par d'autres.
     
    D'ailleurs, je suis sûr que des fautes, il y en a plusieurs dans cet article. Le meilleur moyen de lutter contre elles, c'est de faire appelle à un bêta-lecteur qui non seulement mettra en avant vos erreurs mais vous conseillera aussi sur votre histoire s'il voit des incohérences ou s'il y a des choses qu'il ne comprend pas. Pour cela, il y a notamment le blog fleur des flammes que je co-gère mais aussi l'annexe du célèbre blog Hôpital Répertoire qui vous aidera, ainsi que plusieurs autres site sur le net.
     
    V) Conclusion
    Écrire un roman fantasy, surtout une saga, n'est pas choses aisée et certainement pas le genre le plus facile à manier tant il n'y a pas de contrainte à le manier. La seule chose à laquelle vous devez faire attention et cela, pour tous les genres, c'est la cohérence de votre récit. Le reste viens totalement de votre imagination. Si vous écrivez une saga vous êtes encore plus libre et avez la possibilité de répartir vos informations sur plusieurs tomes pour laisser plus d'espace à vos personnages.
     
    La meilleure façon de ne rien oublier dans la création de votre monde, c'est de tenir fidèlement un carnet avec une synthèse sur chaque éléments que vous jugez important. J'aimerais juste rajouter une chose si vous voulez tenter d'envoyer votre manuscrit à des maisons d'éditions faites vraiment attention à leurs lignes éditoriales même si elles sont spécialisées dans le genre de l'imaginaire.
     
    Certaines n'acceptent pas les sagas, d'autres uniquement des romans jeunesses, d'autres juste de la S.F... bref faite bien attention et si vous sentez que vous aurez du mal à trouver une ME pour étendre vraiment votre univers comme vous le désirez, je vous conseil de tenter l'autoédition en passant par le célèbre site Ulule un très bon moyen de financer votre projet comme l'ont fait de nombreux auteurs sur internets et qui sont reparti fièrement avec leurs objectifs atteints. Comme exemple, vous avez l'auteur Ielenna avec sa saga des chroniques des fleurs d'Opale.
     
    J'espère que cet article vous aura plus et vous aidera à éclaircir certains points si vous souhaitez vous lancer dans l'écriture d'un roman fantasy. En ce qui me concerne, vous pouvez retrouver toutes les informations sur ma saga Floriansa sur son blog et qui sait si cela ne vous inspirera pas confiance en vous pour débuter dans ce genre si difficile à manier mais si addictif ?

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :